Interventions pour le remplacement de dents manquantes : traitement de la péri-implantite Imprimer


Interventions pour le remplacement de dents manquantes : traitement de la péri-implantite

Esposito M, Grusovin MG, Kakisis I, Coulthard P, Worthington HV

Résumé en langue simplifiée

Interventions pour le remplacement de dents manquantes : traitement de la péri-implantite.


Tout comme les dents naturelles, les implants dentaires peuvent être perdus à cause d’une maladie gingivale (péri-implantite). Cette revue systématique fait l’inventaire des traitements les plus efficaces pour juguler la péri-implantite. 7 études ont été incluses dans la revue systématique et évaluées selon 6 modalités de traitement. Dans une petite étude de courte durée (4 mois) il a été montré que l’utilisation en local d’antibiotiques en plus du nettoyage manuel en profondeur, diminue la profondeur des poches autour des implants de plus de 0,6 mm chez des patients affectés par des formes sévères de péri-implantite. Dans une autre petite étude de courte durée (6mois), il a été montré que le placement d’un substitut osseux de dérivé animal avec une membrane résorbable diminue la profondeur des poches de 0,5 mm de plus que l’os artificiel. La majorité des essais cliniques testant des thérapies plus complexes et chères ne montrent aucun avantage significatif cliniquement ou statistiquement par rapport au nettoyage mécanique profond autour des implants affectés. En conclusion, à ce jour, les preuves sont trop faibles pour déterminer quel est la manière la plus efficace pour traiter la péri-implantite. Il n’y a pas assez de preuves pour dire que les méthodes utilisées ne sont pas efficaces.

This is a Cochrane review abstract and plain language summary, prepared and maintained by The Cochrane Collaboration, currently published in The Cochrane Database of Systematic Reviews 2009 Issue 1, Copyright © 2009 The Cochrane Collaboration. Published by John Wiley and Sons, Ltd.. The full text of the review is available in The Cochrane Library (ISSN 1464-780X). This record should be cited as: Esposito M, Grusovin MG, Kakisis I, Coulthard P, Worthington HV. Interventions for replacing missing teeth: treatment of perimplantitis. Cochrane Database of Systematic Reviews 2008, Issue 2. Art. No.: CD004970. DOI: 10.1002/14651858.CD004970.pub3. This version first published online: October 18. 2004 Last assessed as up-to-date: April 14. 2008

Date de traduction : 01/01/09

Résumé
Contexte
Un des facteurs clefs du succès à long terme des implants est la maintenance des tissus sains autour d’eux. L’accumulation de plaque bactérienne induit des changements inflammatoires des tissus mous tout autour des implants oraux et cela peut conduire à leur destruction progressive (péri-implantite) et de manière ultime à l’échec implantaire. Différentes stratégies de traitement ont été suggérées pour la péri-implantite, cependant il y a encore du flou sur leur efficacité.
Objectifs
Identifier les méthodes les plus efficaces pour le traitement de la péri-implantite des implants dentaires ostéointégrés.
Stratégie de recherche
Nous avons recherché dans Cochrane Oral Health Group’s Trials Register, Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL), MEDLINE et EMBASE. Une recherche manuelle a été menée sur plusieurs journaux dentaires. Nous avons vérifié les bibliographies des essais cliniques randomisés identifiés et des articles de revue pertinents en dehors de la recherche manuelle. Nous avons écrit à tous les auteurs des essais cliniques randomisés identifiés, à plus de 55 fabricants d’implants dentaires et à un groupe de discussion internet pour identifier des essais cliniques randomisés en cours d’écriture ou de publication. Aucune restriction de langue n’a été appliquée. La dernière recherche électronique a été conduite en Janvier 2008.
Critères de sélection
Tous les essais cliniques randomisés comparant des produits ou des méthodes de traitement de la péri-implantite des implants dentaires.
Recueil des données et analyse
La recherche exhaustive des études éligibles, l’évaluation de la qualité méthodologique des études et l’extraction des données ont été faites en double et indépendamment par deux auteurs de revue systématique. Nous avons contacté les auteurs pour compléter les informations manquantes. Les résultats ont été exprimés selon des modèles à effets aléatoires en utilisant des différences moyennes pondérées pour les variables continues et des risques relatifs sur les variables dichotomiques avec des intervalles de confiance à 95% IC. L’hétérogénéité a été évaluée en incluant des facteurs cliniques et méthodologiques.
Résultats principaux
10 essais cliniques éligibles ont été identifiés, mais 3 ont été exclus. Les procédures suivantes ont été testées: - Utilisation des antibiotiques locaux versus débridement ultra-sonique - Bénéfices d’adjonction locale d’antibiotiques au débridement - Différentes techniques de débridement antibiotique - Débridement manuel versus laser et chlorhexidine en irrigation ou gel - Antibiothérapie systémique plus une chirurgie de résection plus deux antibiotiques locaux différents avec ou sans lissage de surface de l’implant - Utilisation d’hydroxyapatite nanocristalline versus Bio-Oss et membranes résorbables. Le suivi va de 3 mois à 2 ans. Les seules différences statistiquement significatives ont été observées dans deux essais cliniques jugés comme étant à trop haut risque de biais. Après 4 mois, l’adjonction d’antibiotiques locaux au débridement manuel chez des patients ayant perdu au moins 50 % de l’os autour des implants, a montré une amélioration moyenne des niveaux d’attache de 0,61 mm et une réduction de profondeur de poche de 0,59 mm. Apres 6 mois, les patients avec des défauts infra-osseux péri-implantaires de plus de 3 mm, traités avec du Bio-Oss et des membranes résorbables, ont gagné 0,5 mm de plus d’attachement (significativité borderline) et de profondeur de poche, que les patients traités avec une hydroxyapatite nanocristalline
Conclusions des auteurs
Les preuves sont faibles et ne font que suggérer les méthodes les plus efficaces pour le traitement de la péri-implantite. Nous ne pouvons cependant pas dire que les méthodes actuellement utilisées ne sont pas efficaces. L’utilisation d’antibiotiques locaux en plus du débridement manuel sous gingival, a été associée à une amélioration supplémentaire de 0,6 mm de la profondeur de poche et d’attache sur une période de 4 mois chez des patients affectés par des formes sévères de péri-implantite. Après 6 mois les deux thérapies sont apparues être couronnées de succès mais des améliorations de profondeur de poche et d’attachement (0,5 mm) ont été obtenues avec du Bio-Oss à membrane résorbable. Dans 4 essais cliniques, la thérapie témoin a consisté en un simple débridement mécanique sous-gingival, ce qui semble être suffisant pour obtenir des résultats similaires à des thérapies plus complexes et chères. Les tailles des échantillons sont très petites et le suivi trop court, donc ces conclusions doivent être considérées avec grande précaution. De plus amples essais cliniques randomisés mieux conçus sont nécessaires.
Mise à jour le Samedi, 30 Mai 2009 14:26