Get the Flash Player to see this player.

Inlays céramiques pour la restauration des dents postérieures PDF Imprimer Envoyer
2.7/5 (12 votes)


Inlays céramiques pour la restauration des dents postérieures

Hayashi M, Yeung CA

Résumé en langue simplifiée

Des études supplémentaires sont nécessaires pour déterminer dans quelle mesure la longévité à long terme des inlays céramiques est comparable à celle des amalgames, des résines composites ou des inlays en or.


Plusieurs matériaux peuvent être utilisé pour combler les cavités de carie au niveau des dents postérieures. Citons par exemple l'amalgame, l'inlay en or, l'inlay en résine composite et l'inlay en céramique. L'amalgame est couramment employé sur les dents postérieures en raison de sa longévité, malgré son apparence inesthétique et le mercure qu'il contient. D'autres paramètres à prendre en compte sont le coût relatif et la douleur pendant ou après le traitement restaurateur. Les inlays en céramique présentent un aspect esthétique. Cette revue systématique montre qu'il n'existe pas suffisamment d'études permettant de comparer les inlays en céramiques avec d'autres types de restaurations.

This is a Cochrane review abstract and plain language summary, prepared and maintained by The Cochrane Collaboration, currently published in The Cochrane Database of Systematic Reviews 2009 Issue 1, Copyright © 2009 The Cochrane Collaboration. Published by John Wiley and Sons, Ltd.. The full text of the review is available in The Cochrane Library (ISSN 1464-780X). This record should be cited as: Hayashi M, Yeung CA. Ceramic inlays for restoring posterior teeth. Cochrane Database of Systematic Reviews 2003, Issue 1. Art. No.: CD003450. DOI: 10.1002/14651858.CD003450. This version first published online: January 20. 2003

Date de traduction : 01/01/09

Résumé
Contexte
Depuis quelques décennies, les inlays en céramique sont utilisés pour répondre à la demande esthétique des patients, même dans le secteur postérieur. Les inlays céramique permettent un rendu esthétique excellent. Toutefois, leur pronostic à long terme est incertain, dans la mesure où seulement quelques études ont reporté les performances cliniques de ces restaurations à long terme.
Objectifs
Comparer l'efficacité des inlays céramique sur dents postérieures avec d'autres types de restaurations postérieures.
Stratégie de recherche
La recherche électronique a porté sur The Cochrane Oral Health Group Trials Register, The Cochrane Central Register of Controlled Trials (The Cochrane Library Issue 1, 2002), MEDLINE, et EMBASE de 1990 à 2001. La recherche manuelle a porté sur une liste de journaux pertinents et sur la bibliographie de tous les articles et revues de la littérature publiés entre 1990 et 2001. Enfin, les experts et les compagnies ayant conduit des essais cliniques sur les restaurations céramiques ont été contactés afin d'identifier d'autres essais ou des études non publiées, ou pour obtenir des informations complémentaires sur des données ambiguës ou manquantes.
Critères de sélection
Essais cliniques randomisés, pour lesquels la longévité des inlays céramique est comparée à celle d'autres restaurations postérieures.
Recueil des données et analyse
La recherche des études et l'extraction des données ont été conduites de façon indépendante par deux investigateurs (MH et AY), au moyen d'une grille spécifique. Les auteurs des études originales ont été contactés afin d'obtenir des informations complémentaires. La qualité méthodologique des études a été évaluée en double et par section. Les recommandations statistiques de The Cochrane Oral Health Group ont été suivies, et les résultats pour les variables dichotomiques ont été exprimés sous la forme d'Odds Ratios (OR) accompagné de leur intervalle de confiance à 95%
Résultats principaux
Deux études ont rempli les critères d'inclusion dans la revue systématique. Toutefois, l'une d'entre elles a été secondairement exclue, en raison d'un type d'étude non clairement reporté. L'étude incluse restante reportait les résultats de la performance clinique de 60 inlays en céramique et de 20 inlays en or, sur un suivi de 5 ans. Sept des 60 inlays en céramique et deux des 20 inlays en or ont échoué à la visite à 5 ans. Aucun inlay en céramique n'a induit de douleur ou de gêne post-opératoire, alors que ce fut le cas pour un inlay en or. La puissance de l'étude incluse n'était pas suffisante pour détecter une différence importante en terme de longévité ou de risque de douleur entre des inlays en céramique et des inlays en or.
Conclusions des auteurs
Il y a peu d'éléments de preuve disponibles pour affirmer une quelconque différence dans la performance clinique des inlays en céramique vis-à-vis des autres types de restaurations postérieures. Il y a un nombre limité d'essais cliniques bien menés dans ce domaine de recherche. Une attention particulière à la méthodologie de recherche et à la manière de reporter les résultats devrait être fournie par les recherches futures pour améliorer la qualité des essais sur les restaurations céramiques.
Mise à jour le Samedi, 30 Mai 2009 14:02