Get the Flash Player to see this player.

Résultats 21 - 30 de 183

Caries dentaires/Prévention
Auteur:Paul MONSARRAT
Fluoration du lait en prévention de la carie dentaire Yeung A, Hitchings JL, Macfarlane TV, Threlfall A, Tickle M, Glenny A-M Résumé en langue simplifiée Fluoration du lait en prévention de la carie dentaire Il existe peu d’éléments pour affirmer que la fluoration du lait est une mesure efficace pour prévenir de la carie dentaire. La carie dentaire peut provoquer des douleurs et aboutir à la perte de la dent. Le fluor est un minéral reconnu pour la prévention de la carie dentaire. Il peut faire l’objet de mesures de santé publique, par supplémentation de l’eau du robinet, du sel ou du lait. Le lait fluoré est souvent mis à disposition des enfants par l’intermédiaire de programmes scolaires ou par des programmes nationaux de prévention en nutrition. Le recours a de tels systèmes de distribution peut constituer un moyen pratique et efficient de supplémentation fluorée bien ciblée. Les parents peuvent aussi avoir la liberté de choisir ou pas la supplémentation. Cette revue systématique montre qu’il existe peu d’éléments pour affirmer que la fluoration du lait est une mesure efficace pour prévenir la carie dentaire. This is a Cochrane review abstract and plain language summary, prepared and maintained by The Cochrane Collaboration, currently published in The Cochrane Database of Systematic Reviews 2009 Issue 1, Copyright © 2009 The Cochrane Collaboration. Published by John Wiley and Sons, Ltd.. The full text of the review is available in The Cochrane Library (ISSN 1464-780X). This record should be cited as: Yeung A, Hitchings JL, Macfarlane TV, Threlfall A, Tickle M, Glenny AM. Fluoridated milk for preventing dental caries. Cochrane Database of Systematic Reviews 2005, Issue 3. Art. No.: CD003876. DOI: 10.1002/14651858.CD003876.pub2. This version first published online: July 20. 2005 Date de traduction : 01/01/09 Résumé Contexte La carie dentaire reste un problème majeur de santé publique dans la plupart des pays industrialisés, touchant 60 à 90% des enfants scolarisés, est la grande majorité des adultes. Le lait est un moyen relativement efficient de supplémentation fluorée pour la prévention de la carie dentaire. Objectifs Déterminer l’efficacité du lait fluoré, comme moyen de supplémentation fluorée à l’échelle communautaire, pour prévenir la carie dentaire. Stratégie de recherche La recherche concerne les bases de données suivantes : Cochrane Oral Health Group Trials Register (jusqu’au 28 avril 2005), Cochrane Central Register Of Controlled Trials (CENTRAL)(The Cochrane Library, Issue 2, 2005), MEDLINE (de 1966 au 17 mai 2005), OLDMEDLINE (de 1950 à 1965), EMBASE (de 1980 à la 20ème semaine de l’année 2005), LILACS (de 1982 au 17 mai 2005), BBO (de 1986 au 17 mai 2005), SIGLE (de 1980 au 17 mai 2005), Digital Dissertations (de 1861 au 17 mai 2005), et la bibliographie de chaque article pertinent. La stratégie porte aussi sur la recherche des études non publiées ou en cours. Il n’y a pas de restriction d’ordre linguistique. Critères de sélection Essais cliniques randomisés ou quasi-randomisés, avec une intervention ou une période de suivi d’au moins 3 ans, comparant du lait fluoré avec du lait non-fluoré. Le critère de jugement principal est la différence de l’incidence carieuse entre les deux groupes, mesurée par la différence des indices dents Cariée, Absente, Obturée (caod/CAOD) et faces Cariée, Absente, Obturée (caof/CAOF). Recueil des données et analyse Les décisions d’inclusion, l’extraction des données et l’analyse qualitative sont conduites indépendamment et en double. Les auteurs des études sont contactés pour obtenir des informations supplémentaires si nécessaire. Résultats principaux Deux essais randomisés impliquant un total de 353 enfants sont inclus. Pour les dents définitives, après trois ans, on observe une diminution significative de l’indice CAOD en faveur du groupe intervention (78.4%, p<0.05) pour un essai, mais pas pour le second. Le second essai clinique montre seulement une réduction significative de l’indice CAOD à partir de la quatrième (35.5%, p<0.02) et la cinquième (31.2%, p<0.05) année. Pour les dents lactéales, il y a encore une fois une diminution significative de l’indice caod en faveur du groupe intervention pour un essai, mais pas pour l’autre. Les résultats n’ont pas pu être compilés en raison de la différence de concentration en fluor dans le lait entre les deux essais. Conclusions des auteurs Il n’y a pas suffisamment d’études de bonne qualité méthodologique qui évaluent les effets de la supplémentation du lait en fluor pour prévenir de la carie dentaire. Toutefois, les études incluses suggèrent que la fluoration du lait semble bénéfique pour les enfants scolarisés, en particulier au niveau des dents définitives. Ces données ont besoin d’être complétées par d’autres essais cliniques randomisés pour atteindre le plus haut niveau de preuve pour la pratique quotidienne.
Samedi, 31 Janvier 2009 | 3628 hits | Imprimer | PDF |  Email
Caries dentaires/Prévention
Auteur:Paul MONSARRAT
Bains de bouches fluorés pour la prévention de la carie dentaire chez l'enfant et l'adolescent Marinho VCC, Higgins JPT, Logan S, Sheiham A Résumé en langue simplifiée La prescription régulière de bains de bouches fluorés pourrait réduire le risque de carie dentaire chez l'enfant, même chez les enfants buvant de l'eau fluorée et utilisant du dentifrice fluoré. Le fluor est un minéral qui prévient la carie dentaire. Depuis l'adjonction généralisée du fluor dans les dentifrices et la fluoration de l'eau, la pertinence du recours à d'autres sources de fluor est discutée. Le bain de bouche fluoré est une solution concentrée qui nécessite une utilisation régulière pour être efficace. Cette revue systématique d'essais cliniques montre que les bains de bouches fluorés réduit le risque de carie dentaire chez l'enfant, indépendamment de toute autre source de fluor. Un enfant sur deux présentant un risque élevé de carie dentaire (et un sur 16 pour les risques les plus bas) pourrait bénéficier des bains de bouches fluorés pour diminuer le nombre de caries. Toutefois, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour étudier les possibles effets indésirables et l'acceptabilité des bains de bouche. This is a Cochrane review abstract and plain language summary, prepared and maintained by The Cochrane Collaboration, currently published in The Cochrane Database of Systematic Reviews 2009 Issue 1, Copyright © 2009 The Cochrane Collaboration. Published by John Wiley and Sons, Ltd.. The full text of the review is available in The Cochrane Library (ISSN 1464-780X). This record should be cited as: Marinho VCC, Higgins JPT, Logan S, Sheiham A. Fluoride mouthrinses for preventing dental caries in children and adolescents. Cochrane Database of Systematic Reviews 2003, Issue 3. Art. No.: CD002284. DOI: 10.1002/14651858.CD002284. This version first published online: July 21. 2003 Date de traduction : 01/01/09 Résumé Contexte Les bains de bouches fluorés sont largement utilisés dans le cadre d'interventions de prévention de la carie, que ce soit dans les programmes de prévention en milieu scolaire, ou individuellement à la maison. Objectifs Déterminer l'efficacité et la sûreté d'emploi des gels fluorés dans la prévention de la carie dentaire chez l'enfant, et rechercher les éventuels facteurs susceptibles de modifier leur effet. Stratégie de recherche Recherche dans de multiples bases de données électroniques, bibliographie des articles, recherche manuelle dans les périodiques, contact des auteurs et des fabricants. Critères de sélection Essais cliniques randomisés ou quasi-randomisés, avec évaluation du critère de jugement en aveugle, comparant l'effet d'un gel fluoré à un placebo ou une absence de traitement, sur des enfants de moins de 16 ans et pendant au moins un an. Le critère de jugement principal est l'apparition de carie, mesurée par une modification de l'indice Faces Cariées, Absentes, Obturées (C(A)OF). Recueil des données et analyse La décision d'inclusion des études, l'évaluation qualitative et l'extraction des données ont été faites en double pour un échantillon pris au hasard correspondant à un tiers de l'ensemble des études, et par consensus obtenu après discussion ou intervention d'une tierce partie. Les auteurs des études sont contactés en cas de données manquantes. La principale mesure d'effet est la fraction préventive (FP), c'est-à-dire la différence d'augmentation du nombre de caries entre le groupe traité et le groupe témoin, exprimé en pourcentage de l'augmentation dans le groupe témoin. Des méta-analyses avec effet aléatoire sont conduites lorsque les données peuvent être compilées. Les sources potentielles d'hétérogénéité sont analysées par l'intermédiaire d'analyses de type méta-régression avec effet aléatoire. Résultats principaux Trente-six études sont incluses, impliquant un total de 7747 enfants. Pour les 34 études qui fournissent des données pour la méta-analyse (impliquant un total de 14600 enfants), la fraction préventive compilée de l'indice C(A)OF est estimée à 26% (avec un intervalle de confiance à 95% de 23% à 30%, p<0.0001). L'hétérogénéité n'est pas négligeable, et confirmée statistiquement (p=0.008). L'analyse par méta-régression n'a pas montré association entre l'estimation de la fraction préventive du C(A)OF et le degré d'atteinte carieuse en baseline, l'antécédent d'exposition au fluor, la fréquence de bain de bouche et la concentration en fluor. Un graphique de type funnel plot des 34 études n'indique pas d'association entre la fraction préventive et la précision de l'étude. Dans les essais inclus, il y a peu d'information concernant les possibles effets indésirables ou l'acceptabilité du traitement. Conclusions des auteurs Cette revue systématique indique que l'utilisation régulière et supervisée de bain de bouche au fluor et leur fréquence d'utilisation est associée à une nette réduction de l'incidence carieuse chez l'enfant. Dans une population où la moyenne d'augmentation de l'indice CAOF vaut 0.25 points par an, 16 enfants doivent utiliser du bain de bouche fluoré (plutôt qu'un bain de bouche non fluoré) pour prévenir un point de C(A)OF. Dans une population où la moyenne d'augmentation de l'indice CAOF vaut 2.14 points par an, 2 enfants doivent utiliser du bain de bouche fluoré pour prévenir un point de C(A)OF. Il est nécessaire dans les futurs essais cliniques de mieux étudier les effets indésirables et l'acceptabilité de ce traitement.
Samedi, 31 Janvier 2009 | 4025 hits | Imprimer | PDF |  Email
Caries dentaires/Prévention
Auteur:Paul MONSARRAT
Utilisation de fluor pour la prévention de tâches blanches sur les dents pendant le traitement orthodontique multibagues Benson PE, Parkin N, Millett DT, Dyer F, Vine S, Shah A Résumé en langue simplifiée Utilisation de fluor pour la prévention de tâches blanches sur les dents pendant le traitement orthodontique multibagues. Les bains de bouche fluorés utilisés quotidiennement pendant le traitement orthodontique ainsi que les ciments contenant du fluor utilisés pour coller les brackets semblent réduire le risque de carie. La carie dentaire, sous forme de tâche blanche disgracieuse, peut apparaître sur des dents supports de bagues ou de brackets, si elles ne sont pas correctement nettoyées. Cette revue systématique montre que l’utilisation quotidienne de bain de bouche contenant du fluorure de sodium réduit la profondeur des caries qui se développent au cours d’un traitement orthodontique par appareillage fixe. De plus, un ciment contenant du fluor réduit le nombre de tâches blanches et la quantité de dent détruite par la carie. Une recherche de meilleure qualité est nécessaire pour déterminer le meilleur moyen d’amener le fluor jusqu’à la surface dentaire pendant les traitements multibagues, et s’il existe des effets indésirables. En s’appuyant sur les bonnes pratiques actuelles dans d’autres domaines dentaires pour lesquels il existe des preuves, nous recommandons aux patients traités par multibagues d’utiliser quotidiennement un bain de bouche à 0.05% de fluorure de sodium. This is a Cochrane review abstract and plain language summary, prepared and maintained by The Cochrane Collaboration, currently published in The Cochrane Database of Systematic Reviews 2009 Issue 1, Copyright © 2009 The Cochrane Collaboration. Published by John Wiley and Sons, Ltd.. The full text of the review is available in The Cochrane Library (ISSN 1464-780X). This record should be cited as: Benson PE, Parkin N, Millett DT, Dyer F, Vine S, Shah A. Fluorides for the prevention of white spots on teeth during fixed brace treatment. Cochrane Database of Systematic Reviews 2004, Issue 3. Art. No.: CD003809. DOI: 10.1002/14651858.CD003809.pub2. This version first published online: July 19. 2004 Date de traduction : 01/01/09 Résumé Contexte Des tâches blanches peuvent apparaître sur les dents au cours d’une traitement multi-attache à cause d’une carie autour du bracket. Le fluor est efficace pour réduire le risque de caries chez les individus à risque, il est prescrit régulièrement sous différentes formes aux patients au cours de leur traitement orthodontique. Objectifs Evaluer l’efficacité du fluor dans la prévention des tâches blanches au cours d’un traitement orthodontique et comparer les différents modes d’utilisation du fluor. Stratégie de recherche La recherche a porté sur les bases de données The Cochrane Oral Health Group's Trials Register (jusqu'en janvier 2004); CENTRAL (The Cochrane Library 2002, Issue 3); MEDLINE (de janvier 1966 à juillet 2003); EMBASE (de janvier 1980 à juillet 2003). Les auteurs des essais cliniques ont été contactés pour obtenir des données supplémentaires. Critères de sélection Essais cliniques randomisés ou quasi-randomisés, incluant l’utilisation d’un produit contenant des fluorures comparée à l’absence d’utilisation ou à l’utilisation d’un produit témoin sans fluorures, et dans lesquels la déminéralisation de l’émail est mesurée pendant ou après le traitement orthodontique. Recueil des données et analyse Six investigateurs ont extrait les données, en double et de façon indépendante. Le critère de jugement principal était la différence dans la présence ou dans l’absence de tâches blanches entre les patients du groupe expérimental et les patients du groupe témoin pour les études conduites en parallèles et entre les quadrants expérimentaux et les quadrants contrôles pour les études en bouche divisée. Les sources d’hétérogénéité potentielle ont été examinées. Des analyses de sensibilité ont été réalisées pour les items mesurant la qualité et les biais de publication. Résultats principaux Le critère de jugement principal de la revue systématique était la présence ou l’absence de tâches blanches chez un patient en fin de traitement orthodontique. Les critères de jugement secondaires comprenaient les mesures quantitatives de la perte minérale amélaire ou la profondeur de la lésion. Les autres critères de jugement tels que les différences en taille et en sévérité des tâches blanches, les critères subjectifs comme la perception des tâches par le patient n’ont pas été pris en compte car les données étaient insuffisantes. Au total, 15 essais avec 723 participants ont fourni les données pour cette revue systématique. Aucune étude ne remplissait les critères de qualité méthodologique. Il semble que les bains de bouche contenant du fluorure de sodium réduise la sévérité de la carie de l’émail autour d’un bracket (différence moyenne pondérée de profondeur de lésion -70.0 ; IC95% [-118.2 ;-21.8]) et que l'emploi d’un ciment verre-ionomère pour coller le bracket réduise la prévalence (OR de Peto 0.35 ; IC95% [0.15 ;0.84]) et la sévérité des tâches blanches (différence moyenne pondérée de perte minérale -645 vol% μm ; IC95% [-915 ;-375]) comparée à l’utilisation de résines composites. Conclusions des auteurs Il semble que l’utilisation topique de fluor, ou l’utilisation de matériaux de collage contenant du fluor, pendant le traitement orthodontique réduise l’occurrence et la sévérité des lésions en tâches blanches. Cependant, il n’y a pas suffisamment d’éléments pour déclarer qu’une méthode ou une combinaison de méthodes d’administration du fluor est la plus efficace. En s’appuyant sur les bonnes pratiques actuelles dans les autres domaines dentaires pour lesquels des preuves existent, nous recommandons aux patients avec des bagues et brackets d’utiliser quotidiennement un bain de bouche avec du fluorure de sodium à 0.05%. Des études cliniques de meilleure qualité sont nécessaires pour étudier les différents modes d’administration du fluor chez les patients en orthodontie.
Samedi, 31 Janvier 2009 | 5398 hits | Imprimer | PDF |  Email
Caries dentaires/Prévention
Auteur:Paul MONSARRAT
Dentifrices fluorés pour la prévention de la carie dentaire chez les enfants et les adolescents Marinho VCC, Higgins JPT, Logan S, Sheiham A Résumé en langue simplifiée Les enfants qui se brossent les dents au moins une fois par jour avec du dentifrice contenant du fluor auront moins de caries dentaires. La carie dentaire est douloureuse, coûteuse en soins médicaux et peut parfois conduire à de sérieux problèmes dentaires. Le fluor est un minéral qui prévient la carie dentaire. La revue systématique d'essais cliniques a montré que les enfant âgés de 5 à 16 ans qui utilisent un dentifrice fluoré présentent moins de dents permanentes cariées, absentes ou obturées après trois ans (indépendamment de la fluoration de l'eau de boisson). Une utilisation bi-quotidienne accroît le bénéfice. Aucune conclusion n'a pu être formulée sur le risque d'apparition de tâches blanches (fluorose), conséquence de l'ingestion chronique de quantités trop importantes de fluor chez le jeune enfant. This is a Cochrane review abstract and plain language summary, prepared and maintained by The Cochrane Collaboration, currently published in The Cochrane Database of Systematic Reviews 2009 Issue 1, Copyright © 2009 The Cochrane Collaboration. Published by John Wiley and Sons, Ltd.. The full text of the review is available in The Cochrane Library (ISSN 1464-780X). This record should be cited as: Marinho VCC, Higgins JPT, Logan S, Sheiham A. Fluoride toothpastes for preventing dental caries in children and adolescents. Cochrane Database of Systematic Reviews 2003, Issue 1. Art. No.: CD002278. DOI: 10.1002/14651858.CD002278. This version first published online: January 20. 2003 Date de traduction : 01/01/09 Résumé Contexte Les dentifrices au fluor sont largement utilisés depuis plus de trente ans et restent un moyen de référence pour la prévention de la carie dentaire. Objectifs Déterminer l'efficacité et la sécurité d'emploi des dentifrices au fluor dans la prévention de la carie dentaire chez l'enfant, et examiner les facteurs qui pourraient modifier leurs effets. Stratégie de recherche La recherche a porté sur les bases de données The Oral Health Group's Trials Register (Mai 2000), Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL), MEDLINE (de 1966 à Janvier 2000), ainsi que d'autres bases de données. Nous avons recherché manuellement dans les périodiques, les bibliographies des articles et avons contacté les auteurs des articles sélectionnés ainsi que les fabricants. Critères de sélection Essais cliniques randomisés ou quasi-randomisésavec évaluation à l'aveugle du critère de jugement, comparant un dentifrice au fluor avec un placebo chez des enfants de moins de 16 ans, pendant au moins un an. Le critère de jugement principal est l'apparition de carie, mesurée par une modification de l'indice Faces Cariées, Absentes, Obturées (C(A)OF). Recueil des données et analyse La décision d'inclusion des études, l'évaluation qualitative et l'extraction des données ont été faites en double pour un échantillon pris au hasard correspondant à un tiers de l'ensemble des études, et par consensus obtenu après discussion ou intervention d'une tierce partie. Les auteurs des études sont contactés en cas de données manquantes. La principale mesure d'effet est la fraction préventive (FP), c'est à dire la différence d'augmentation du nombre de caries entre le groupe traité et le groupe témoin, exprimé en pourcentage de l'augmentation dans le groupe témoin. Des méta-analyses avec effet aléatoire sont conduites lorsque les données peuvent être compilées. Les sources potentielles d'hétérogénéité sont analysées par l'intermédiaire d'analyses de type méta-régression avec effet aléatoire. Résultats principaux Soixante-quatorze études sont incluses. Pour les 70 études qui fournissent des données pour la méta-analyse (impliquant un total de 42300 enfants), la fraction préventive compilée de l'indice CAOF est estimée à 24% (avec un intervalle de confiance à 95% de 21% à 28%, p<0.0001). Cela signifie que 1.6 enfants doivent se brosser les dents avec un dentifrice fluoré (plutôt qu'avec un dentifrice non fluoré) pour prévenir un point de C(A)OF dans une population où la moyenne d'augmentation de l'indice CAOF vaut 2.6 points par an. Dans une population où la moyenne d'augmentation de l'indice CAOF vaut 1.1 points par an, 3.7 enfants devront se brosser les dents avec un dentifrice fluoré pour prévenir un point de C(A)OF. Une forte hétérogénéité a été trouvée, confirmée statistiquement (p<0.0001). L'effet du dentifrice au fluor augmente avec des niveaux d'indice C(A)OF élevés en baseline, avec la concentration en fluor, la fréquence d'utilisation et le monitorage du brossage, mais n'est pas influencé par l'exposition à l'eau supplémentée en fluor. Il y a peu d'informations concernant la denture lactéale ou les effets indésirables (fluorose). Conclusions des auteurs Supportés par plus d'un demi-siècle de recherche, les bénéfices des dentifrices fluorés sont bien établis. Tous pris ensemble, les essais cliniques sont de relativement haute qualité, et fournissent des preuves claires en faveur de l'efficacité des dentifrices fluorés pour la prévention des caries.
Samedi, 31 Janvier 2009 | 3213 hits | Imprimer | PDF |  Email
Caries dentaires/Prévention
Auteur:Paul MONSARRAT
Vernis fluorés pour la prévention de la carie dentaire chez les enfants et les adolescents Marinho VCC, Higgins JPT, Logan S, Sheiham A Résumé en langue simplifiée Les vernis fluorés appliqués par un professionnel deux à quatre fois par an réduirait de façon non négligeable la carie dentaire chez les enfants. Le fluor est un minéral qui prévient la carie dentaire. Depuis l'utilisation généralisée des dentifrices et la fluoration de l'eau, le recours à des sources additionnelles de fluor est discutable. Les vernis fluorés peuvent être appliqué par un professionnel deux à quatre fois par an. La revue systématique d'essais cliniques a montré que le vernis fluoré pourrait réduire de façon non négligeable la carie dentaire, sur les dents permanentes et les dents de lait. Toutefois, il est nécessaire d'effectuer d'autres travaux de recherche de grande qualité pour être sûr de déterminer l'importance de la différence induite par ce traitement, et pour étudier son acceptabilité et ses effets indésirables. This is a Cochrane review abstract and plain language summary, prepared and maintained by The Cochrane Collaboration, currently published in The Cochrane Database of Systematic Reviews 2009 Issue 1, Copyright © 2009 The Cochrane Collaboration. Published by John Wiley and Sons, Ltd.. The full text of the review is available in The Cochrane Library (ISSN 1464-780X). This record should be cited as: Marinho VCC, Higgins JPT, Logan S, Sheiham A. Fluoride varnishes for preventing dental caries in children and adolescents. Cochrane Database of Systematic Reviews 2002, Issue 1. Art. No.: CD002279. DOI: 10.1002/14651858.CD002279. This version first published online: July 22. 2002 Date de traduction : 01/01/09 Résumé Contexte Les vernis fluorés topiques sont largement utilisés depuis plus de vingt ans comme une méthode ambulatoire de prévention de la carie dentaire. Objectifs Déterminer l'efficacité et la sécurité d'emploi des dentifrices au fluor dans la prévention de la carie dentaire chez l'enfant, et examiner les facteurs qui pourraient modifier leurs effets. Stratégie de recherche La recherche a porté sur de multiples bases de données, les bibliographies des articles, les périodiques, et les auteurs des articles sélectionnés ainsi que les fabricants ont été contactés. Critères de sélection Essais cliniques randomisés ou quasi-randomisés avec évaluation à l'aveugle du critère de jugement, comparant un vernis au fluor avec un placebo ou une absence de traitement chez des enfants de moins de 16 ans, pendant au moins un an. Le critère de jugement principal est l'apparition de carie, mesurée par une modification de l'indice Faces Cariées, Absentes, Obturées (C(A)OF). Recueil des données et analyse La décision d'inclusion des études, l'évaluation qualitative et l'extraction des données ont été faites en double pour un échantillon pris au hasard correspondant à un tiers de l'ensemble des études, et par consensus obtenu après discussion ou intervention d'une tierce partie. Les auteurs des études sont contactés en cas de données manquantes. La principale mesure d'effet est la fraction préventive (FP), c'est à dire la différence d'augmentation du nombre de caries entre le groupe traité et le groupe témoin, exprimé en pourcentage de l'augmentation dans le groupe témoin. Des méta-analyses avec effet aléatoire sont conduites lorsque les données peuvent être compilées. Les sources potentielles d'hétérogénéité sont analysées par l'intermédiaire d'analyses de type méta-régression avec effet aléatoire. Résultats principaux Neuf études sont incluses, impliquant un total de 2709 enfants. Pour les 7 études qui fournissent des données pour la méta-analyse, la fraction préventive compilée de l'indice CAOF est estimée à 46% (avec un intervalle de confiance à 95% de 30% à 63%, p<0.0001). Une forte hétérogénéité a été trouvée, confirmée statistiquement (p<0.0001). La fraction préventive compilée de l'indice caof est estimée à 33% (avec un intervalle de confiance à 95% de 19% à 48%, p<0.0001). L'analyse par méta-régression n'a pas montré association entre l'estimation de la fraction préventive du C(A)OF et le degré d'atteinte carieuse en baseline ou l'antécédent d'exposition au fluor, et un graphique de type funnel plot des 7 études n'indique pas d'association entre la fraction préventive et la précision de l'étude. Pour les deux méthodes, la puissance est limitée à cause du petit nombre d'essais inclus. Conclusions des auteurs Cette revue systématique montre que les vernis fluorés pourraient avoir un effet cariostatique intéressant pour les dents permanentes aussi bien que pour les dents de lait. Cette revue systématique se base essentiellement sur des essais dans lesquels le groupe témoin n'est pas traité. Il y a peu d'informations relatives à l'acceptabilité du traitement ou aux éventuels effets indésirables dans les essais inclus. Etant donné la relativement faible qualité méthodologique des études incluses et la largeur des intervalles de confiance autour de l'estimation globale, de futures recherches sont nécessaires. Il est important que ces recherches soient de grande qualité et incluent l'évaluation des effets indésirables.
Samedi, 31 Janvier 2009 | 6243 hits | Imprimer | PDF |  Email
Caries dentaires/Prévention
Auteur:Paul MONSARRAT
Effet d'un type de fluor topique (dentifrice, bain de bouche, gels ou vernis) versus un autre type pour la prévention de la carie dentaire chez les enfants et les adolescents Marinho VCC, Higgins JPT, Sheiham A, Logan S Résumé en langue simplifiée Les topiques fluorés comme les bains de bouche et les gels n’apparaissent pas être plus efficaces dans la réduction de la carie dentaire chez les enfants et les adolescents que les dentifrices fluorés. La carie dentaire est douloureuse, coûteuse à traiter et peut endommager sérieusement les dents. Le fluor est un minéral qui peut prévenir la carie dentaire. Le fluor est ajouté dans l’alimentation en eau dans de nombreuses zones. Il peut être également appliqué sous forme de dentifrice, gel ou vernis. Cette revue systématique d’essais cliniques a trouvé que les dentifrices fluorés, les bains de bouche et les gels réduisent la carie dentaire chez les enfants et les adolescents de manière similaire. Cependant les dentifrices sont plus susceptibles d’être utilisés régulièrement. Il n’y a aucune preuve fiable que les vernis sont plus efficaces que les autres types de topiques. This is a Cochrane review abstract and plain language summary, prepared and maintained by The Cochrane Collaboration, currently published in The Cochrane Database of Systematic Reviews 2009 Issue 1, Copyright © 2009 The Cochrane Collaboration. Published by John Wiley and Sons, Ltd.. The full text of the review is available in The Cochrane Library (ISSN 1464-780X). This record should be cited as: Marinho VCC, Higgins JPT, Sheiham A, Logan S. One topical fluoride (toothpastes, or mouthrinses, or gels, or varnishes) versus another for preventing dental caries in children and adolescents. Cochrane Database of Systematic Reviews 2004, Issue 1. Art. No.: CD002780. DOI: 10.1002/14651858.CD002780.pub2. This version first published online: January 26. 2004 Date de traduction : 01/01/09 Résumé Contexte Les fluors topiques sous forme de dentifrice, bain de bouche, vernis et gel sont des mesures efficaces de prévention de la carie. Cependant il reste des interrogations sur la valeur relative de ces traitements. Objectifs Comparer l’efficacité d’une forme de topique fluoré versus une autre dans le cadre de la prévention des caries dentaires chez l’enfant. Stratégie de recherche Nous avons cherché dans Cochrane Oral Health Group’s Trials Register (Mai 2000), Cochrane Register of Controlled Trials (CENTRAL) (The Cochrane Library Issue 2, 2000), MEDLINE (1966 à Janvier 2000) plus différentes autres bases de données. Nous avons cherché manuellement dans les journaux, les bibliographies provenant d’articles, et contactés les auteurs sélectionnés ainsi que les fabricants. Critères de sélection Essais cliniques randomisés ou semi randomisés avec évaluation des variables à l’aveugle, comparant les vernis fluorés, les gels, les bains de bouche, ou les dentifrices entre eux chez les enfants jusqu’à 16 ans durant au moins 1 an. L’objectif principal était l’augmentation de la carie mesurée par le changement dans l’indice CAOF (Faces Cariées, Obturées ou Absentes). Recueil des données et analyse Les décisions d’inclusion, l’évaluation qualitative et l’extraction des données ont été faites en double sur un échantillon randomisé d’un tiers des études, et un consensus achevé par discussion avec une tierce partie. Les auteurs ont été contactés pour les données manquantes. La première mesure de l’effet a été la fraction préventive (FP) qui est la différence des augmentations dans la moyenne des caries entre les groupes témoin et expérimental, exprimée comme un pourcentage d’augmentation moyenne dans les groupes témoins. Les méta-analyses à effets aléatoires ont été faites lorsque les données pouvaient être mises en commun. Résultats principaux Il y avait 17 études incluses, et 15 autres données en contribution pour la méta-analyse. Le dentifrice fluoré n’était pas significativement différent du bain de bouche (CAOF mis en communs FP 0% ; 95% IC -18% à 19% ; p = 0,94), ou du gel (CAOF mis en commun FP 0% ; 95% IC -21% à 21% ; p = 1) ou du gel et du bain de bouche (CAOF mis en commun FP=1% ; IC 95% -13% à 14% ; p = 0,94). L’hétérogénéité était considérable. Les résultats provenant d’un seul essai clinique comparant le dentifrice avec un vernis (pour les dents déciduales) n’ont pas été concluants (cof FP 5% IC non calculable). Les données mises en commun à partir des comparaisons du vernis fluoré avec le bain de bouche montrent une différence non significative en faveur du vernis (CAOF FP 10% ; 95% IC -12% à 32% ; p = 0,4), mais ce résultat n’était pas assez robuste pour qu’une analyse de sensibilité soit menée, et l’hétérogénéité était considérable. Les résultats d’une seule étude comparant le vernis avec le gel (14% 95% IC -12% à 40% p = 0,3) et la seule étude comparant le gel avec le bain de bouche (-14% CAOF FP ; 95% IC -40% à 12% ; p = 0,3) ne peuvent rien conclure (favorisant respectivement le vernis et le bain de bouche). Conclusions des auteurs Les dentifrices fluorés en comparaison avec les bains de bouche ou les gels apparaissent comme ayant un degré d’efficacité similaire sur la prévention des caries dentaires chez l’enfant. Il n’y a aucune piste claire montrant que le vernis fluoré est plus efficace que le bain de bouche et les preuves sur les comparaisons de l’efficacité du vernis fluoré et du gel, ainsi que du bain de bouche et du gel sont non concluantes. Aucune conclusion au sujet des effets secondaires ne peut être tirée car aucune donnée n’a été reportée dans ces études. L’acceptance paraît être meilleure avec le dentifrice fluoré.
Samedi, 31 Janvier 2009 | 2691 hits | Imprimer | PDF |  Email
Caries dentaires/Traitement
Auteur:Paul MONSARRAT
Inlays céramiques pour la restauration des dents postérieures Hayashi M, Yeung CA Résumé en langue simplifiée Des études supplémentaires sont nécessaires pour déterminer dans quelle mesure la longévité à long terme des inlays céramiques est comparable à celle des amalgames, des résines composites ou des inlays en or. Plusieurs matériaux peuvent être utilisé pour combler les cavités de carie au niveau des dents postérieures. Citons par exemple l'amalgame, l'inlay en or, l'inlay en résine composite et l'inlay en céramique. L'amalgame est couramment employé sur les dents postérieures en raison de sa longévité, malgré son apparence inesthétique et le mercure qu'il contient. D'autres paramètres à prendre en compte sont le coût relatif et la douleur pendant ou après le traitement restaurateur. Les inlays en céramique présentent un aspect esthétique. Cette revue systématique montre qu'il n'existe pas suffisamment d'études permettant de comparer les inlays en céramiques avec d'autres types de restaurations. This is a Cochrane review abstract and plain language summary, prepared and maintained by The Cochrane Collaboration, currently published in The Cochrane Database of Systematic Reviews 2009 Issue 1, Copyright © 2009 The Cochrane Collaboration. Published by John Wiley and Sons, Ltd.. The full text of the review is available in The Cochrane Library (ISSN 1464-780X). This record should be cited as: Hayashi M, Yeung CA. Ceramic inlays for restoring posterior teeth. Cochrane Database of Systematic Reviews 2003, Issue 1. Art. No.: CD003450. DOI: 10.1002/14651858.CD003450. This version first published online: January 20. 2003 Date de traduction : 01/01/09 Résumé Contexte Depuis quelques décennies, les inlays en céramique sont utilisés pour répondre à la demande esthétique des patients, même dans le secteur postérieur. Les inlays céramique permettent un rendu esthétique excellent. Toutefois, leur pronostic à long terme est incertain, dans la mesure où seulement quelques études ont reporté les performances cliniques de ces restaurations à long terme. Objectifs Comparer l'efficacité des inlays céramique sur dents postérieures avec d'autres types de restaurations postérieures. Stratégie de recherche La recherche électronique a porté sur The Cochrane Oral Health Group Trials Register, The Cochrane Central Register of Controlled Trials (The Cochrane Library Issue 1, 2002), MEDLINE, et EMBASE de 1990 à 2001. La recherche manuelle a porté sur une liste de journaux pertinents et sur la bibliographie de tous les articles et revues de la littérature publiés entre 1990 et 2001. Enfin, les experts et les compagnies ayant conduit des essais cliniques sur les restaurations céramiques ont été contactés afin d'identifier d'autres essais ou des études non publiées, ou pour obtenir des informations complémentaires sur des données ambiguës ou manquantes. Critères de sélection Essais cliniques randomisés, pour lesquels la longévité des inlays céramique est comparée à celle d'autres restaurations postérieures. Recueil des données et analyse La recherche des études et l'extraction des données ont été conduites de façon indépendante par deux investigateurs (MH et AY), au moyen d'une grille spécifique. Les auteurs des études originales ont été contactés afin d'obtenir des informations complémentaires. La qualité méthodologique des études a été évaluée en double et par section. Les recommandations statistiques de The Cochrane Oral Health Group ont été suivies, et les résultats pour les variables dichotomiques ont été exprimés sous la forme d'Odds Ratios (OR) accompagné de leur intervalle de confiance à 95% Résultats principaux Deux études ont rempli les critères d'inclusion dans la revue systématique. Toutefois, l'une d'entre elles a été secondairement exclue, en raison d'un type d'étude non clairement reporté. L'étude incluse restante reportait les résultats de la performance clinique de 60 inlays en céramique et de 20 inlays en or, sur un suivi de 5 ans. Sept des 60 inlays en céramique et deux des 20 inlays en or ont échoué à la visite à 5 ans. Aucun inlay en céramique n'a induit de douleur ou de gêne post-opératoire, alors que ce fut le cas pour un inlay en or. La puissance de l'étude incluse n'était pas suffisante pour détecter une différence importante en terme de longévité ou de risque de douleur entre des inlays en céramique et des inlays en or. Conclusions des auteurs Il y a peu d'éléments de preuve disponibles pour affirmer une quelconque différence dans la performance clinique des inlays en céramique vis-à-vis des autres types de restaurations postérieures. Il y a un nombre limité d'essais cliniques bien menés dans ce domaine de recherche. Une attention particulière à la méthodologie de recherche et à la manière de reporter les résultats devrait être fournie par les recherches futures pour améliorer la qualité des essais sur les restaurations céramiques.
Samedi, 31 Janvier 2009 | 3151 hits | Imprimer | PDF |  Email
Caries dentaires/Traitement
Auteur:Paul MONSARRAT
Retraitement endodontique pour les lésions périradiculaires : chirurgical versus non chirurgical Del Fabbro M, Taschieri S, Testori T, Francetti L, Weinstein RL Résumé en langue simplifiée Retraitement endodontique pour les lésions péri radiculaires : chirurgical versus non chirurgical. Il n’y a aucun avantage apparent à utiliser une approche chirurgicale plutôt que non chirurgicale pour le retraitement de lésions péri apicales en terme de pronostic à long terme. Bien que des cas traités chirurgicalement tendent à montrer un taux de cicatrisation légèrement supérieur après un an de suivi, cette différence disparaît à long terme. Un traitement chirurgical est associé à un plus grand inconfort dans la période postopératoire précoce. Des études de meilleure qualité, randomisées et à long terme avec une puissance statistique supérieure ainsi qu'un ajustement sur les facteurs pouvant potentiellement affecter les résultats, sont nécessaires pour détecter des différences entre les deux traitements (si elles existent). This is a Cochrane review abstract and plain language summary, prepared and maintained by The Cochrane Collaboration, currently published in The Cochrane Database of Systematic Reviews 2009 Issue 1, Copyright © 2009 The Cochrane Collaboration. Published by John Wiley and Sons, Ltd.. The full text of the review is available in The Cochrane Library (ISSN 1464-780X). This record should be cited as: Del Fabbro M, Taschieri S, Testori T, Francetti L, Weinstein RL. Surgical versus non-surgical endodontic re-treatment for periradicular lesions. Cochrane Database of Systematic Reviews 2007, Issue 3. Art. No.: CD005511. DOI: 10.1002/14651858.CD005511.pub2. This version first published online: July 18. 2007 Date de traduction : 01/01/09 Résumé Contexte Bien que les taux de succès du traitement endodontique initial se soient améliorés au fil des dernières années, la persistance de lésions péri-apicales est courante. Les options thérapeutiques pour le retraitement des dents présentant une pathologie péri-apicale sont le traitement non chirurgical par voie orthograde et le traitement chirurgical. Le choix de traitement devrait être basé sur l’évaluation des bénéfices respectifs (le principal est la cicatrisation) ainsi que sur les risques relevés dans les études à haut niveau de preuve scientifique. Objectifs Tester l’hypothèse nulle d'une absence de différence de résultats entre thérapie chirurgicale et non chirurgicale dans le retraitement des lésions péri-radiculaires. Stratégie de recherche Le Cochrane Oral Health Group Trials Register, CENTRAL, MEDLINE et EMBASE ont été interrogés avec des mots clés de recherche appropriés. Une recherche manuelle a inclus 8 journaux dentaires. La bibliographie des essais cliniques et des articles pertinents a été analysée pour identifier les études passées au travers de la recherche manuelle dans les journaux. 7 fabricants d’instruments dans le secteur de l’endodontie en général, de la chirurgie endodontique ou des deux, ainsi que les auteurs des essais cliniques randomisés ont été contactés dans le but d’identifier les essais cliniques randomisés non publiés ou en cours. Aucune restriction de langue n’a été appliquée. La dernière recherche électronique a été effectuée le 3 Avril 2007. Critères de sélection Tous les essais cliniques évaluant le retraitement des dents présentant des pathologies péri- apicales, dans lesquels une approche chirurgicale ou non chirurgicale a été employée, avec un suivi minimum d’un an, ont été considérés pour l’analyse. Recueil des données et analyse Une évaluation qualitative des essais inclus a été menée et les auteurs ont été contactés pour obtenir les informations manquantes. Nous avons extrait les données de manière indépendante et en double. Nous avons respecté les recommandations statistiques du Cochrane Oral Health Group. Résultats principaux 3 essais ont été identifiés, 2 d’entre eux rapportent des données différentes pour la même situation clinique. Le risque de biais a été évalué comme modéré pour une étude et fort pour l’autre. 126 cas ont été suivis pendant au moins 1 an et 82 ont eu un suivi de 4 ans. A la fin du suivi de un an, le taux de succès du traitement chirurgical est légèrement meilleur que pour le non chirurgical (Risque Relatif RR = 1,13 avec une intervalle de confiance IC à 95% de 0,98 à 1,30). Quand le suivi est étendu à 4 ans (une seule étude l’a fait) les résultats pour les deux méthodes deviennent similaires. Conclusions des auteurs Le fait que les taux de cicatrisation puissent être supérieurs pour les cas traités chirurgicalement, comparé à ceux traités non chirurgicalement, au moins à court terme, est basé sur seulement deux essais cliniques randomisés. Une seule étude rapporte que les taux de cicatrisation à moyen ou long terme sont très similaires. Il y a actuellement de trop rares preuves pour prendre une décision valable faisant référence parmi les traitements alternatifs pour le retraitement des pathologies péri-radiculaires. Plus d’études au design amélioré doivent être mises en place, avec suivi d’au moins 4 ans, avec une taille d’échantillon assez importante, dans le but, le cas échéant, de détecter une réelle différence dans le long terme entre les résultats des deux alternatives thérapeutiques.
Samedi, 31 Janvier 2009 | 1915 hits | Imprimer | PDF |  Email
Caries dentaires/Traitement
Auteur:Paul MONSARRAT
Visites uniques ou multiples pour le traitement endodontique des dents permanentes Figini L, Lodi G, Gorni F, Gagliani M Résumé en langue simplifiée Visites uniques ou multiples pour le traitement endodontique des dents permanentes. Le traitement des canaux radiculaires ou traitement endodontique est une procédure habituelle en dentisterie. Les indications princeps pour ce traitement sont l’inflammation de la pulpe dentaire (pulpite) et la mort de la pulpe à cause de processus carieux, de dents fissurées ou ébréchées ou de traumatismes dentaires. Le succès d’un traitement canalaire est caractérisé par une absence de signes et symptômes cliniques dentaires sans aucune preuve radiographique d’une participation parodontale. Ce succès dépend d’une série de variables en relation avec les conditions préopératoires de la dent aussi bien qu’avec les séquences de traitement endodontique. Aucune différence n’existe entre les efficacités des traitements canalaires effectués en une ou plusieurs séances, en terme de succès radiologique. La plupart des complications à court ou long terme sont très similaires en terme de fréquence, bien que les patients n’ayant eu qu’une seule visite ont éprouvé une fréquence légèrement plus importante de douleurs et ont été significativement plus enclins à prendre des antalgiques. This is a Cochrane review abstract and plain language summary, prepared and maintained by The Cochrane Collaboration, currently published in The Cochrane Database of Systematic Reviews 2009 Issue 1, Copyright © 2009 The Cochrane Collaboration. Published by John Wiley and Sons, Ltd.. The full text of the review is available in The Cochrane Library (ISSN 1464-780X). This record should be cited as: Figini L, Lodi G, Gorni F, Gagliani M. Single versus multiple visits for endodontic treatment of permanent teeth. Cochrane Database of Systematic Reviews 2007, Issue 4. Art. No.: CD005296. DOI: 10.1002/14651858.CD005296.pub2. This version first published online: October 17. 2007 Date de traduction : 01/01/09 Résumé Contexte Les traitements des canaux radiculaires (TCR), ou traitements endodontiques, sont une procédure habituelle en odontologie. Les indications princeps de la TCR sont la pulpite irréversible et la nécrose de la pulpe quelle soit d’origine carieuse, traumatique, due à des fêlures ou des éclats. Le succès d’un TCR est caractérisé par l’absence de symptômes, de signes cliniques pour les dents, sans preuve d’une participation parodontale. Ce succès dépend d’une série de variables en relation avec les conditions préopératoires de la dent aussi bien que des séquences de traitement endodontique. Objectifs Comparer l’efficacité d’une TCR en une ou plusieurs séances, par la mesure des extractions dentaires en raison d’un problème endodontique, ainsi que par le succès radiographique. Evaluer la différence a court et long terme des complications entre TCR en une seule séance et en de multiples séances. Stratégie de recherche Les bases de données suivantes ont été interrogées pour la recherche des essais pertinents : Cochrane Oral Health Group’s Trials Register, CENTRAL, MEDLINE et EMBASE. Une recherche manuelle a été entreprise pour la majorité des journaux de médecine buccale. Les références des études incluses et des revues ont été vérifiées. Les experts en endodontie ont été contactés par courriel. Aucune limitation de langue n’a été imposée. La dernière recherche date du 6 Mars 2007. Critères de sélection Les essais cliniques randomisés ou semi randomisés de patients nécessitant un TCR ont été inclus. Les traitements endodontiques chirurgicaux ont été exclus. Les résultats considérés ont été le nombre de dents extraites à la suite de complications endodontiques, le succès radiologique après au moins 1 an c’est à dire l’absence de radio clarté péri-apicale, la douleur postopératoire, le recours à des antalgiques, le gonflement ou la formation d’un épanchement sinusien. Recueil des données et analyse Les données sont collectées en utilisant une feuille d’extraction spécifique. La validité des études incluses a été vérifiée sur les bases de la répartition des groupes, l’aveugle de l’étude et des perdus de vue. Les données ont été analysées par le calcul des odds ratio. Une fois que les données valides et pertinentes ont été collectées, une méta-analyse de celles-ci a été entreprise. Résultats principaux 12 essais cliniques randomisés ont été inclus dans cette revue. 4 études avaient un risque de biais bas, 4 un risque modéré, et 4 un haut risque. La fréquence du succès radiologique et de la douleur postopératoire immédiate n’était pas significativement différente entre les 2 groupes. Les patients n’ayant subi qu’une seule consultation pour le TCR avaient des fréquences de gonflements et d’utilisation d‘antalgiques supérieures, mais les résultats pour le gonflement n’étaient pas significativement différents entre les 2 groupes. Nous n’avons trouvé aucune étude qui incluait la perte des dents et la formation d’un épanchement sinusien. Conclusions des auteurs Aucune différence n’existe pour l’efficacité de la TCR en terme de succès radiologique, entre un TCR en une ou plusieurs séances. La plupart des complications à moyen ou long terme sont aussi similaires en terme de fréquence bien que les patients n’ayant subi qu’une seule séance de soin aient une fréquence de gonflement légèrement plus importante, et soient significativement plus enclins à prendre des antalgiques.
Samedi, 31 Janvier 2009 | 3359 hits | Imprimer | PDF |  Email
Caries dentaires/Traitement
Auteur:Paul MONSARRAT
Thérapie par l’ozone pour le traitement de la carie dentaire Rickard GD, Richardson RJ, Johnson TM, McColl DC, Hooper L Résumé en langue simplifiée Thérapie par l’ozone pour le traitement de la carie dentaire. Il n’y a pas de preuves que la thérapie par l’ozone puisse renverser ou stopper le processus carieux. La carie dentaire peut être douloureuse, coûteuse à traiter et peut conduire à la perte des dents. Il a été suggéré que le traitement de la carie dentaire à l’ozone pourrait renverser ou stopper le processus carieux. Cette revue systématique d’articles n’a trouvé aucune preuve tangible que l’ozone soit capable de renverser ou stopper la progression de la carie. Une recherche de meilleure qualité est nécessaire pour démontrer si cela marche ou non. L’ozone ne devrait pas être considéré comme une alternative aux méthodes courantes de traitement de la pratique dentaire. This is a Cochrane review abstract and plain language summary, prepared and maintained by The Cochrane Collaboration, currently published in The Cochrane Database of Systematic Reviews 2009 Issue 1, Copyright © 2009 The Cochrane Collaboration. Published by John Wiley and Sons, Ltd.. The full text of the review is available in The Cochrane Library (ISSN 1464-780X). This record should be cited as: Rickard GD, Richardson RJ, Johnson TM, McColl DC, Hooper L. Ozone therapy for the treatment of dental caries. Cochrane Database of Systematic Reviews 2004, Issue 3. Art. No.: CD004153. DOI: 10.1002/14651858.CD004153.pub2 This version first published online: July 19. 2004 Date de traduction : 01/01/09 Résumé Contexte La carie dentaire est une maladie d’origine bactérienne caractérisée par la déminéralisation des surfaces dentaires, pouvant conduire à la cavitation, à l’inconfort, la douleur et éventuellement la perte dentaire. L’ozone est toxique pour certaines bactéries in vitro, et il a été suggéré que l’apport d’ozone à l’intérieur d’une lésion dentaire pourrait réduire le nombre de bactéries cariogènes. Ceci pourrait éventuellement arrêter la progression de la lésion et pourrait, en présence de fluor, peut-être permettre sa reminéralisation. Ceci pourrait donc à terme retarder ou prévenir le besoin en soins conservateurs traditionnels par fraisage et obturation. Objectifs Evaluer si l’ozone est efficace dans l’arrêt ou le renversement de la progression de la carie dentaire. Stratégie de recherche Nous avons recherché dans la Cochrane Oral Health Group’s Trials Register (jusqu’au 7 Novembre 2003) ; Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) (The Cochrane Library Issue 3, 2003) ; MEDLINE et PREMEDLINE (OVID, 1966 à Novembre 2003) ; EMBASE (OVID, 1980 à Novembre 2003) ; CINAHL (OVID, 1982 à Novembre 2003) ; AMED (OVID, 1985 à Novembre 2003). Nous avons cherché de manière manuelle dans Quintessence jusqu’en 2002 et KaVo, entreprise commercialisant l’appareil HealOzone, a été contacté, pour obtenir des informations additionnelles sur des essais cliniques publiés ou non. Critères de sélection L’inclusion a été évaluée de manière indépendante par au moins 2 reviewers. Les essais cliniques n’ont été inclus qu’uniquement s’ils correspondaient aux critères suivants: - Randomisation dans un essai clinique, - Une seule surface accessible à l’application de l’ozone dans une carie dentaire in vivo, - Méthode d’attribution des groupes claire, - Application de l’ozone sur les lésions dans le groupe intervention, - Aucune application de l’ozone dans le groupe témoin, - Variables mesurées après au moins 6 mois. Recueil des données et analyse Les reviewers ont extrait de manière indépendante et en double les informations. La pauvreté en données comparables n’a pas permis une mise en commun analytique des études incluses. Résultats principaux 3 essais cliniques ont été inclus avec un total combiné de 432 lésions randomisées (137 participants). 42 articles de conférence, résumés et posters ont été exclus (d’un nombre d’études inconnu). Le risque de biais est apparu important. Les analyses de ces trois études ont été conduites au niveau de la lésion, qui n’est pas indépendante de la personne, pour cette raison la mise en commun n’était ni appropriée, ni même susceptible d’être tentée. Les études individuelles ont montré des effets inconstants de l’ozone sur les caries, à travers des mesures très différentes de progression de la carie ou de régression. Peu d’objectifs secondaires ont été rapportés, mais 1 étude a rapporté une absence d’effets indésirables. Conclusions des auteurs Vu le risque élevé de biais dans les études disponibles et le manque de constance entre les différentes mesures des variables, il n’y a aucune preuve fiable que l’application du gaz d’ozone dans les surfaces des dents cariées puisse stopper ou renverser le processus carieux. Il y a un besoin fondamental en preuves supplémentaires de rigueur et qualité appropriées avant que l’utilisation de l’ozone puisse être acceptée dans la pratique dentaire courante des soins fondamentaux ou puisse être considérée comme une alternative viable aux méthodes courantes pour la prise en charge et le traitement des caries dentaires.
Samedi, 31 Janvier 2009 | 4558 hits | Imprimer | PDF |  Email

<< Début < Préc 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>
Page 3 de 19


Powered by AlphaContent 4.0.0 © 2008-2017 - All rights reserved